Colloque « Droit et espace(s) public(s) »

En ce début de XXIe siècle, des enjeux importants semblent travailler les rapports qu’entretient le droit avec l’espace public ; en réunissant des publicistes et des privatistes, le colloque « Droit et espace(s) public(s) », organisé par le Centre Léon Duguit le 20 janvier 2012 à l’Université d’Évry, a cherché à mieux les saisir et à répondre aux questions qu’ils suscitent.

L’idée de ce colloque est en effet apparue à la suite de la publication de la loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public – plus connue sous le nom « loi anti-burqa ». L’emploi de la notion d’« espace public » par le législateur semblait inédit et suscitait différentes questions, au premier rang desquelles : pourquoi l’espace public a-t-il été saisi par le droit ? Au premier abord, la notion d’« espace public » appartient en effet moins au registre du droit qu’à celui de la philosophie, de la science politique ou encore des sciences de la communication.

Ce colloque a donc tenté de mieux cerner la notion d’« espace public » en prenant soin de distinguer l’espace public des espaces publics. Pour ce faire, des éclairages tant historique, que philosophique et socio-urbanistique sont apparus indispensables.

Les intervenants se sont par ailleurs demandé si la notion d’« espace public » – au singulier ou au pluriel – figurait aujourd’hui au rang de catégories juridiques et se sont interrogé sur la pertinence de la référence juridique à cette notion.

Le colloque visait, enfin, à mieux situer la ligne de démarcation entre espace(s) public(s) et espace(s) privé(s), tout en essayant de prendre la mesure des conséquences de l’émergence de la notion juridique d’« espace public » sur les libertés des individus : assiste-t-on actuellement à une privatisation des espaces publics ou à une publicisation des espaces privés ?